Meslay le Grenêt : la danse Macabre de l’église Saint-Orien

Un lieu insolite à Meslay le Grenêt : l'église Saint-Orien et sa danse macabre

Et si vous partiez en excursion à Meslay le Grenêt ?
Ce bijou est en Eure-et-Loir, à quelques minutes de Chartres. L’église de Meslay le Grenêt est dorénavant accessible au public grâce à un sas vitré. Alors ne loupez pas ce lieu ! Vous pourrez y découvrir ou redécouvrir la fabuleuse danse macabre. 3 cadavres s’adressent à des jeunes cavaliers, flamboyants, beaux comme des astres…. “Tel je fus comme tu es, tel je suis comme tu seras”. 

Le texte original de la danse macabre naquit au 13e siècle, rappelant à tout homme que, quelle que soit sa condition, la mort viendrait le cueillir un jour. Cette leçon d’humilité connut un retour en force au 15e siècle alors que la guerre de 100 ans avait emmené son cortège de fléaux : guerre, famine, peste… Et ici à Meslay le Grenêt, on peut voir cette procession de personnages entraînés dans une sorte de farandole par des squelettes. Si vous observez bien, la procession débute par le pape et l’empereur, suivi du cardinal et du roi…. et ainsi de suite jusqu’à l’ermite et au bébé. Les squelettes sont moqueurs et narquois.

Une originalité de Meslay le Grenêt : le dit des femmes bavardant pendant la messe

Objet d’étude passionnant (j’en sais quelque chose !), l’église Saint Orien de Meslay le Grenêt abrite une représentation totalement originale. Quand je dis “originale” entendez “qu’on ne trouve nulle part ailleurs”. Cette représentation est le dit des femmes bavardant pendant la messe. J’imagine le sourire des messieurs me lisant.
Alors décortiquons un peu la présentation de Meslay le Grenêt : 3 femmes bien vêtues si on analyse la peinture assez passée. Elles sont serrées les unes contre les autres. A gauche la robe rouge, à droite la robe bleue et au centre la robe blanche. Madame robe rouge semble effrayée : on le serait à moins. Un diable a posé sa patte sur la tête de la bavarde. Il faut reconnaître que ce dernier a l’air particulièrement peu sympathique : comme une sorte de rapace qui viendrait chercher un agneau égaré. Dans l’autre patte, la vilaine bête tient le cœur ou l’âme de la malheureuse. Une qui a l’air étonnée, est dame blanche au centre… avec les photos, vous la devinez plus que vous ne la voyez, mais les contours blancs marquent bien son corps. Le diable derrière dame bleue est en train de lire la liste de ses pêchés…. Et le parchemin a l’air bien long !
Cette dernière représentation est totalement exceptionnelle : il n’en existe qu’un seul exemplaire en Europe, à Lübeck en Allemagne.
La danse macabre de Meslay le Grenêt a été considérablement restaurée : au 16e siècle puis au 19e. Néanmoins, cet peinture fait partie des trésors à ne pas manquer dans notre région.

Réservez !

Contactez moi pour préparer votre visite d'exception.